Dirty Water Records

Taking Music Backwards Into Tomorrow

Raw Power Magazine: Hollywood Sinners "We Won't Change Our Style"

[translated by Google]

Hollywood Sinners come to remind us that Spain is one of the fiefdoms of the garage rock. Power trio come from Toledo and composed of Edu Sinner to the guitar and singing, Carmelo Tornado low and Oscar with the battery, our three rogues offers a garage with the rock, and gross primitive sound.

After a first album, From Hollyweird in 2004 has left in Animal records group, signature at the excellent label Dirty Water Records with individual Split shared with Irish of Commits.
What We Won't Change Our Style is thus their second LP, their first at Dirty Water.
No ornaments, disk begins to the floor with "Wild" on which the angry guitar and cheeky humor of Edu Sinner make. The song would be worth on an anthology nuggets.  Essentially sung in English (impeccably), the group does not forget its origins with "Quiero Ser Como Wau Y Loss Arrrghs!! and "Addictos Al Ye-Ye".

Without dead the group connects the pieces, all remarkably played even if the same song of Edu Sinner can weary, which sometimes gives an impression of on some titles. But this one reassures itself nothing who does not come to waste the pleasure that we take to listen to the 11 titles of the album.

The group manages to maintain an equal quality in the pieces presented after the time of some tracks, àhausser significantly level. On "Wild" therefore but also at the end of the first face with two nuggets. Therefore, "Blow My Mind" by beautiful parts of battery of Oscar sir allows the group to reach summits, before inserting nail with the resumption of "Hoss Bos" Sonics they revisit with happiness, offering the second youth in one of the standards of the legendary group of Tacoma.

Opposite B will arise "Wonderful Feeling" (introduced by a battery, the piece is for its part of guitar enough surfing) and "Tame Me" the "Rosalyn" Nice Things.

Hollywood Sinners manage to recycle all gimmicks of the garage the most primal rock with an energy and welcome enthusiasm. The album sounds "fresh"! To them live at the cosmic trip Bourges, one can say that the disc is perfectly the sound of the group live.

A good disk will delight the fans like purists of the garage rock and is separated from many of his contemporaries by an execution.

The formula being what it is, the disc can not compete with the cadors such Revellions, Urges, Graham Day or Jim Jones Revue which each in their own way seek to transcend.

Mr Rock

======================================

Les Hollywood Sinners viennent nous rappeler que l'Espagne est une des places fortes du garage rock. Power trio venu de Toledo et composé d'Edu Sinner à la guitare et au chant, Carmelo Tornado à la basse et Oscar à la batterie, nos trois lascars nous propose un garage rock au son épuré, brut et primitif.
Après un premier album, Back From Hollyweird en 2004 sorti chez Animal records, le groupe inaugure sa signature chez l'excellent label Dirty Water Records avec un split single partagé avec les irlandais de The Urges.
Ce We Won't Change Our Style est donc leur second LP, leur premier chez Dirty Water.
Pas de fioritures, le disque commence pied au plancher avec "Wild Man" sur lequel la guitare rageuse et la gouaille d'Edu Sinner font merveille. Le morceau serait digne de figurer sur une anthologie nuggets.
Essentiellement chanté en anglais (impeccablement), le groupe n'en oublie pas ses origines avec "Quiero Ser Como Wau Y Loss Arrrghs!!!" et "Addictos Al Ye-Ye".
Sans temps mort le groupe enchaîne les morceaux, tous remarquablement joué même si le chant toujours identique d'Edu Sinner peut lasser, ce qui donne parfois une impression de répétition sur certains titres. Mais que l'on se rassure rien qui ne vienne gâcher le plaisir que l'on prend à l'écoute des 11 titres de l'album..
En fait le groupe arrive à maintenir une égale qualité dans les morceaux présentés, réussissant même, le temps de quelques pistes, àhausser sensiblement le niveau. Sur "Wild Man" donc mais aussi en fin de première face avec deux pépites. Ainsi, "Blow My Mind" porté par de superbes parties de batterie du sieur Oscar permet au groupe d'atteindre des sommets, avant d'enfoncer le clou avec la reprise de "Boss Hoss" des Sonics qu'ils revisitent avec bonheur, offrant une deuxième jeunesse à un des standards du légendaire groupe de Tacoma.
En face B, on ressortira "Wonderful Feeling" (introduit par un roulement de batterie, le morceau vaut aussi pour sa partie de guitare assez surf) et "Tame Me" évoquant le "Rosalyn" des Pretty Things.

Les Hollywood Sinners arrivent à recycler tous les gimmicks du garage rock le plus primal en lui apportant une énergie et un enthousiasme bienvenu. L'album sonne "frais" ! Pour les avoir vu en live lors du cosmic trip de Bourges, on peut affirmer que le disque capte parfaitement bien le son du groupe en live.

Un bon disque qui ravira donc les amateurs comme les puristes du garage rock et se démarque de beaucoup de ses contemporains par une exécution sans faille.
Néanmoins la formule étant ce qu'elle est, le disque ne saurait rivaliser avec les cadors du genre, Revellions, Urges, Graham Day ou Jim Jones Revue qui chacun à leur manière cherche à transcender le genre.

Mr Rock

Dirty Water Records London